Biopsie

Cette méthode consiste à prélever des fragments de tissu ou d'organe malades pour les examiner au microscope en vue d'établir ou de confirmer un diagnostic.

Les biopsies sont utiles pour diagnostiquer avec certitude de nombreuses maladies, les cancers en particulier.

Les indications

L'examen au microscope de tissus ou de cellules permet presque toujours d'établir un diagnostic précis. Grâce à la biopsie, on peut ainsi déterminer la nature d'une tumeur, celle-ci présentant généralement des caractéristiques différentes selon qu'elle est cancéreuse ou bénigne. Dans le cas d'une tumeur cancéreuse, on peut également savoir si elle s'est étendue à d'autres organes (métastases) en effectuant des biopsies sur les tissus voisins.

On peut aussi recourir à la biopsie pour déterminer la cause d'une infection ou d'une inflammation inexpliquée. Plusieurs biopsies successives sont parfois pratiquées pour vérifier que l'évolution de la maladie est favorable sous traitement.

Le déroulement de l'examen est très variable selon la localisation de la lésion et la technique utilisée. La plupart des biopsies sont des interventions peu douloureuses, mais certaines d'entre elles, nécessitent une anesthésie locale (biopsie transcutanée du sein, de la peau) ou générale (biopsie chirurgicale d'un organe profond).

Jusqu'à une époque récente, si l'organe concerné n'était pas localisable au toucher ni accessible par endoscopie, le médecin devait procéder au jugé pour effectuer le prélèvement.

Aujourd'hui, les méthodes de guidage assisté par scanner ou par échographie permettent de réaliser des biopsies avec beaucoup plus de précision et de sécurité. En outre, la mise au point récente d'aiguilles très fines autorise les biopsies d'organes tels que les glandes salivaires et le pancréas, pour lesquelles le recours à des aiguilles plus grosses était considéré comme dangereux.

Les techniques de biopsie

La ponction-biopsie

Elle permet, en piquant à travers la peau, d'atteindre un organe ou une lésion. On utilise pour cela une aiguille à pointe coupante, avec laquelle on prélève un fragment de tissu. La biopsie par aspiration est pratiquée à l'aide d'une sonde. Une anesthésie locale suffit généralement.

La biopsie endoscopique

L'endoscopie se pratique à l'aide d'un tube optique muni d'un système d'éclairage (endoscope), qui est introduit dans l'organe à explorer. Généralement, cette technique nécessite une prise de sédatifs pour insensibiliser le patient. Elle est utilisée pour les biopsies des parois des organes creux, tels que les bronches, la vessie, l'oesophage, l'estomac et le côlon.

La biopsie chirurgicale

Elle s'effectue sur un organe ou une tumeur, à l'occasion d'une intervention chirurgicale, souvent sous anesthésie générale.

On a recours à ce type de biopsie lorsque les autres techniques (par ponction, aspiration ou endoscopie) ne sont pas possibles ou lorsqu'on soupçonne la nécessité de procéder à une ablation.

L'examen au microscope peut être effectué immédiatement, le chirurgien attendant le résultat pour éventuellement procéder à l'élimination des zones malades, afin de ne pas avoir à intervenir une seconde fois. Dans ce cas, la biopsie est dite extemporanée.

La biopsie-exérèse

Elle consiste à prélever un une seule fois la totalité de la partie anormale que l'on souhaite examiner en laboratoire. Couramment utilisée pour les tumeurs de la peau et du sein, elle ne nécessite en général qu'une anesthésie locale.

La biopsie par trépanoponction

Elle est généralement réalisée au niveau de la jonction entre l'os du bassin et la colonne vertébrale (crête iliaque). Elle s'effectue au moyen d'une longue aiguille épaisse que l'on introduit dans la moelle, dont on prélève un fragment. On utilise cette technique lorsqu'une tumeur est trop grosse pour permettre une aspiration ou lorsqu'il faut examiner la moelle osseuse.

Explications de deux biopsies particulières

La biopsie de la moelle osseuse

C'est dans la moelle osseuse que sont produits la plupart des composants sanguins (globules rouges, globules blancs et plaquettes). le prélèvement d'un échantillon de cellules de la moelle osseuse (biopsie par aspiration) ou d'un fragment d'os contenant un peu de moelle (biopsie par trépanoponction) peut donner des renseignements sur le développement des composants du sang. La biopsie permet de diagnostiquer des maladies du sang, notamment l'anémie, la leucémie, l'insuffisance de production de globules rouges (insuffisance médullaire), et certaines infections.

La biopsie de la peau

L'objectif de cet examen est de prélever un fragment de la peau afin de l'analyser au microscope pour établir le diagnostic de certaines maladies de la peau.

Le médecin commence par pratiquer sous anesthésie locale par injection sous-cutanée, provoquant une sensation de picotements fugaces. A l'aide d'un bistouri, il découpe un fragment de peau sur toute son épaisseur (jusqu'au tissu sous-cutané) et enfin referme la petite incision par un ou deux points de suture, dont les fils seront retirés 5 à 8 jours plus tard. Les résultats sont connus dans les 8 jours.

Les effets secondaires

La biopsie n'est pas toujours sans danger, car elle peut léser un organe, provoquer une hémorragie par traumatisme d'un vaisseau sanguin, introduire des microbes dans l'organisme. C'est pourquoi, comme pour tout examen médical, l'indication d'une biopsie doit être soigneusement pesée, de sorte que les avantages l'emportent sur ces inconvénients.

Toutefois, aujourd'hui, l'expérience de l'opérateur, le guidage radiographie des instruments et le respect d'une stérilisation rigoureuse ont considérablement diminué les risques.

Les résultats

Le délai d'obtention des résultats d'une biopsie est très variable : il peut aller de quelques minutes, dans le cadre d'une biopsie chirurgicale dite extemporanée (le chirurgien attend alors le résultat pour déterminer l'importance de l'opération), à une dizaine de jours.

Les résultats sont envoyés sous forme de compte rendu au médecin qui a prescrit l'examen.

Voir aussi