Cobra royal

Ordre : squamates Famille : élapidés Genre et espèce : ophiophagus hannah

Le cobra royal est un redoutable prédateur vis-à-vis de ses congénères. Ce géant consomme bien d’autres serpents dont ceux responsables de la mort de milliers d’hommes en Asie.

Le cobra royale est le plus grand de tous les serpents venimeux, et sa morsure est redoutable. Il peut sans doute faire périr un homme en un quart d’heure, mais il se montre plutôt pacifique, cherchant d’abord à fuir en cas de danger.

Reproduction

Le cobra royal mue au début de la saison des amours ; chez la femelle, la desquamation s’accompagne de la diffusion de senteurs attractives (les phéromones) qui stimulent l’activité sexuelle du mâle. Ce dernier enserre sa compagne pour la féconder ; le couple peut demeurer enlacé pendant des heures.

A l’encontre de la plupart des autres serpents, le cobra royal peut former un couple stable, chaque partenaire participant au choix de l’emplacement du nid et à sa protection. 20 à 50 œufs blancs sont déposés par la femelle. Le mâle surveille les alentours, prêt à combattre tout importun. Sa compagne peut également défendre la ponte.

Le cobra nouveau-né, d’un noir brillant orné de lignes jaune pâle, est long d’une cinquantaine de centimètres. Il est capable de chasser presque immédiatement.

Mœurs

Plus rare que les autres cobras, le cobra royal se rencontre particulièrement dans les forêts d’altitude du sud-est asiatique, jusqu’à 2 000 m en Inde. Actif de jour comme de nuit, il parvient cependant à se dissimuler et est rarement entendu ou observé.

Le cobra fréquente volontiers les abords de l’eau : en cas de danger, il peut plonger puis s’enfuir en nageant. C’est aussi un bon grimpeur, qui poursuivra une proie éventuelle dans les arbres.

Alimentation et chasse

Le cobra royal est un prédateur redoutable. Il n’hésite pas à attaquer les pythons et des espèces hautement venimeuses comme les bongares et les autres cobras, ainsi que divers lézards. La proie est repérée au moyen de la langue, qui recueille des particules olfactives, puis pourchassée rapidement à travers la dense végétation des sous-bois tropicaux. Lorsque la victime est en vue, la poursuite s’achève par une morsure et une massive injection de venin qui la terrasse presque immédiatement.

Cette victime est ensuite avalée sur place, entière, ce qui peut être laborieux si elle est volumineuse. Pour faciliter l’ingestion, les deux branches de la mâchoire inférieure sont très mobiles et indépendantes l’une de l’autre : le serpent peut ainsi ingurgiter une proie d’un diamètre supérieur au sien.

Les deux branches de la mâchoire inférieur s’accrochent alternativement à la proie, qui est peu à peu dirigée vers l’estomac ; la peau du cobra peut alors se distendre considérablement. L’ingestion d’un gros animal demande plusieurs heures, mais le cobra est alors rassasié pour quelques semaines.

Curieusement, le cobra royal peut cohabiter avec ses victimes potentielles.

Le cobra et l’homme

La rencontre d’un cobra royal est certainement effroyable. Les crochets n’ont que 15 mm de long, mais ils peuvent injecter une quantité considérable de venin, plus qu’aucun serpent à l’exception de la vipère du Gabon.

Le cobra est spécialement redoutable au moment de la reproduction, quand il protège ses œufs. En Inde, si un nid est découvert auprès d’un village, la police peut être amenée à faire évacuer les habitants proches.

Néanmoins, certaines histoires de cobras royaux poursuivant rageusement des paysans sont certainement exagérées. Le plus souvent, s’il est dérangé, le cobra royal cherchera à se dissimiler.

Le saviez-vous ?

- Le cobra royal peut injecter une quantité de venin suffisante pour tuer un éléphant : si celui-ci est mordu à un endroit sensible, comme le bout de la trompe, il succombe au bout de trois heures.

- Comme les autres serpents, grâce à son métabolisme réduit, le cobra royal peut survivre plusieurs mois sans s’alimenter.

- En Birmanie, le cobra royal a été utilisé par les charmeurs de serpents. Le point fort de la représentation constituait à embrasser le cobra sur le front.

- Les serpents sont pratiquement sourds, mais ils ressentent les vibrations transmises par le sol : les pas d’un importun qui s’approche sont parfaitement perçus.

Fiche technique

Dimensions

Longueur moyenne : 4 m Longueur maximum connue : 5,58 m

Reproduction

Maturité sexuelle : à 5-6 ans Saison : accouplements en janvier ; construit un nid en avril ou mai. Nombre d’œufs : de 20 à 50. Incubation : de 60 à 70 jours.

Mode de vie

Mœurs : solitaire, mais vit en couple au moment des amours. Régime : serpents et lézards. Longévité : au moins 20 ans, sans doute davantage.

Espèces proches

Le cobra indien ou serpent à lunettes, naja naja ; le mamba noir d’Afrique, dendroaspis polylepis ; la vipère de la mort d’Australie, acanthophis antarcticus.

Répartition

L’Asie du sud-est, de l’Inde à la péninsule malaise et à la Chine méridionale.

Protection

espèce est localement en régression, notamment par suite des destructions de son habitat ; néanmoins, le cobra royal n’est pas menacé de disparition pour l’instant.