Dentition chez l'homme

La denture complète d'un adulte comporte 32 ans, réparties en quatre catégories : 8 incisives, 4 canines, 8 prémolaires et 12 molaires. Les incisives, aplaties et tranchantes, sont situées à l'avant de la bouche; elles servent à couper les aliments. Les canines, équivalent des crocs du chat ou du chien, servent à déchirer. Le cisaillement des prémolaires supérieures sur les inférieurs dilacère les aliments. Les molaires, enfin, procèdent au broyage de la nourriture.

Il arrive fréquemment que certaines dents ne poussent pas. Cela se produit surtout pour les dernières molaires, ou dents de sagesse (ainsi appelées parce qu'elles ne pousses qu'après l'enfance). Lorsqu'elle ne font pas éruption, elles sont soit totalement absentes, soit présentes, mais sous la gencive. On peut aussi avoir des dents en trop, ou dents surnuméraires. Elles ont en général la forme des dents les plus proches, mais sont de taille plus réduite. Les plus fréquentes sont les incisives; il existe également des prémolaires de ce type.

Les enfants ont 20 dents de lait, réparties en 8 incisives, 4 canines et 8 molaires. Les premières molaires occupent la place des futures prémolaires. La place qui sera occupée par les 12 molaires permanentes n'est prise par aucune dent de lait.

Formation des dents

Les dents se forment chez l'embryon plusieurs mois avant la naissance; elles se développent à partir d'un noyau de cellules situé au centre de chaque mâchoire.

Ce noyau s'allonge peu à peu vers l'arrière, à l'emplacement qui correspond au futur os de la mâchoire, ou maxillaire, pour former la lame dentaire, et s'épaissit aux endroits où se constituent les bourgeons dentaires.

Ceux-ci se détachent ensuite de la lame dentaire qui leur a donné naissance. Il se forme 1 bourgeon par dent (première et deuxième dentition), soit en tout 52 bourgeons. Ils prennent la forme des dents et commencent à élaborer le tissu dentaire solide : émail, ivoire et cément. Une fois terminées, les dents resteront nichées à l'intérieur de la gencive.

À la naissance, toutes les dents de lait sont formées, hormis les racines, et les pointes des premières molaires définitives sont déjà calcifiées, alors que ces dents ne pousseront pas avant l'âge de 6 ans.

Date d'apparition des dents

Les premières dents de lait apparaissent vers l'âge de 6 mois, et les dernières (les deuxièmes molaires) vers l'âge de 2 ans et demi ou 3 ans. Ces dates sont en fait très variables d'un enfant à l'autre; on a même vu certains nouveau-nés naître avec des dents. Les premières molaires définitives inaugurent la seconde dentition. Elles apparaissent en arrière des dents de lait vers l'âge de 6 ans.

La seconde dentition intervient ensuite et provoque la chute des dents de lait, qui se fait généralement sans douleur et n'entraine pratiquement aucun saignement.

Les incisives sont remplacées vers l'âge de 7 ou 8 ans; les molaires de lait tombent de 10 à 13 ans. Les deuxièmes molaires définitives apparaissent vers 15 ans, et les troisième molaires, ou dents de sagesse, de 17 à 25 ans ou plus. Les dents de sagesse sont souvent incluses, "coincées" par les dents voisines, et peuvent ne jamais pousser complètement.

Structure des dents

Elles comportent chacune trois parties principales : la couronne, qui dépasse la gencive; le collet, qui se trouve au niveau où la dent pénètre dans la gencive; la racine, qui est fixée à l'os de la mâchoire. Quatre sortes de matériaux composent les dents, dont trois, l'ivoire, le cément et l'émail, sont solides. Le quatrième, la pulpe, est formé, au centre de la dent, de tissu souple contenant des vaisseaux sanguins et des nerfs. L'émail dentaire est une substance non cellulaire qui recouvre la partie découverte de la dent. Il est extrêmement résistant à l'usure et aux chocs.

L'ivoire, dur lui aussi, l'est cependant moins que l'émail. Il a une structure alvéolaire et forme la partie centrale de la dent, de la couronne à la racine. Il se forme à partir de cellules appelées "odontoblastes", situées dans la pulpe, qui envoient de longs filaments jusqu'à la face interne de l'émail et du cément.

Un manchon de substance calcaire entoure chaque filament. L'ivoire, parce qu'il est constitué de cellules, peut se régénérer en partie, à l'inverse de l'émail. Il se condense souvent de manière anormale sous une cavité dentaire pour faire obstacle à une carie. Les premières douleurs surviennent lorsque la carie atteint l'ivoire. Le cément recouvre la racine des dents. Il a l'aspect et la dureté de l'os; il entoure et fixe l'extrémité dentaire des fibres qui amarrent la dent à l'os de la mâchoire.

Il est très richement innervé et peut être à l'origine de vives douleurs lorsqu'il apparaît au collet de la dent, en cas d'affaissement de la gencive. La pulpe comble la cavité interne formée par l'ivoire. Elle contient des vaisseaux sanguins, des nerfs et les corps cellulaires des odontoblastes. Si elle est atteinte par une carie, elle s'infecte et meurt. Il arrive que l'infection dépasse la racine de la dent et, s'attaquant à l'os voisin, entraîne la constitution d'un très douloureux abcès dentaire. On est alors généralement contraint d'enlever la dent, après avoir traité l'abcès par des antibiotiques.

Malformations et malocclusions

En général, si l'on est affligé d'une mauvaise denture, c'est de naissance. Mais de nombreuses malformations sont dues à une maladie ou à une lésion traumatique survenue pendant la croissance du bourgeon dentaire. Les dentistes corrigent facilement ce type d'anomalie en recouvrant la dent mal formée d'une couronne artificielle ou en remplaçant la dent extraite pas un bridge dentaire.

On peut aussi, pour traiter les dents mal formées, avoir recours à l'orthodontie, qui consiste à modifier progressivement la place des dents au moyen de divers appareils de redressement. Mais le but principal de l'orthodontie est de corriger les malocclusions, ou pertes de l'articulé dentaire, et les mauvaises positions des dents chez l'enfant. Lors de l'occlusion normale des mâchoires, les molaires supérieures et inférieures doivent se toucher sur tout la surface de la face masticatrice. Les incisives supérieures doivent recouvrir celles du bas.

Dans une variété de malocclusion, les incisives supérieures passent en arrière des incisives inférieures lors de la fermeture de la bouche. La malocclusion dentaire cause chez l'enfant une mastication défectueuse. De plus, elle prédispose aux caries, provoque une ébranlement des dents et de la mâchoire inférieure, et cause des douleurs de l'oreille. Chez un adulte, la malocclusion, même légère, a aussi des conséquences pathologiques sur l'articulation de la mâchoire et la solidité des dents. Le traitement orthodontique est généralement entrepris entre 11 et 13 ans; mais les dentistes le commencent souvent plus tôt, pour le terminer ver 11 ans.

Douleurs dentaires

Les douleurs dentaires sont dues le plus souvent à une carie qui a entamé l'émail et l'ivoire, les deux substances qui constituent la paroi de la dent. La pulpite est une complication de la carie dentaire, mais elle peut aussi résulter d'une blessure de la dent. Les symptômes sont une sensibilité exagérée aux aliments chauds et froids, et une douleur pulsative. Un abcès dentaire, une pression anormale lors d'une malocclusion des maxillaires, ou une dent de sagesse incluse, c'est-à-dire qui n'a pu sortir entièrement de la gencive, sont d'autres causes possibles de douleurs dentaires.

Enfin, certaines douleurs faciales peuvent aussi avoir des irradiations dentaires. Les antalgiques mineurs, comme l'aspirine, l'application d'essence de girofle sur la dent malade ou d'une bouillotte chaude sur la joue soulagent momentanément les douleurs dentaires. Le soulagement définitif ne peut venir que des soins prodigués par une dentiste.

Hygiène dentaire

Une alimentation trop riche en sucrerie et le manque d'hygiène dentaire sont causes de caries des dents permanentes, qui peuvent être perdues. Il n'est pas rare de voir des personnes encore jeunes faire remplacer toutes leurs dents perdues par une prothèse complète. Le meilleur moyen d'éviter les caries et la gingivite (inflammation de la gencive) est de se brosser régulièrement les dents. Le brossage correct des dents après chaque repas évite l'accumulation des débris alimentaires et prévient ainsi les caries et la gingivite. Les brosses à dents électriques sont très efficaces : par leurs mouvements oscillatoire rapides, elles nettoient les dents à fond et effectuent un massage doux de la gencive. Si l'on ne peut se brosser les dents après chaque repas, il faut au moins les brosser après le petit déjeuner et au coucher.

Les aliments les plus nocifs pour les dents sont les sucreries épaisses (gâteaux, bonbons, biscuits) et les boissons sucrées. En effet, les glucides qu'elles renferment se collent aux dents et favorisent la formation de dépôts alimentaires. Ils contribuent aussi à la formation d'acide lactique, qui attaque l'émail et provoque les caries. L'addition de fluorure à l'eau de boisson courante (à la concentration de 1/1 000 000) diminue d'environ 60% le nombre de caries dentaires dans une population donnée. Cela est dû au remplacement des molécules de chlorure contenues dans l'ivoire et l'émail par du fluorure, plus résistant aux caries. Il semble aussi que le fluorure empêche le dépôt des fibres alimentaires. Certaines pâtes dentifrices contiennent du fluorure. La plupart des tentatives faites pour informer le public des nécessités d'une hygiène dentaire plus rigoureuse et de visites régulières chez le dentiste on été vaines.

Beaucoup de dentistes pensent à l'heure actuelle que la fluoration serait le seul moyen d'améliorer la santé des dents à l'échelle d'une nation. Les adversaires de la fluoration ne prétendent pas que cette méthode soit inefficace, mais pensent plutôt qu'obliger toute une population à boire de l'eau fluorée constitue une atteinte à la liberté individuelle. Ils s'inquiètent aussi des effets de la fluoration à plus long terme. Une visite chez le dentiste tous les six mois doit être la règle, même pour ceux qui se brossent les dents régulièrement et évitent les aliments nocifs. Elle permettra de confirmer le bon état de la denture ou de dépister à temps une affection.