Fox-terrier

Danseur plutôt que marcheur, batailleur, bondissant, arrogant, élégant, déroutant, téméraire, agressif, tel est le Fox-Terrier, vif-argent d'origine britannique, chasseur de nature, chien de salon à l'occasion...

Son caractère se lit sans son œil pétillant de vie, d'intelligence, de feu, et s'il fallait d'un seul mot le définir, le premier qui viendrait à l'esprit serait sans doute le mot "gai" ! Gaie, sa tête en rectangle à la barbiche rêche et drue : gai, son petit corps musclé, son poil ni laineux ni soyeux, dur et cassé ; gai, le regard de ses yeux ronds et foncés ; gaie, l'amitié qu'il porte à son maître ; gaie, sa manière de fouiller les roseaux à la recherche d'un rat musqué endormi, d'une poule d'eau distraite ; gaie, la façon qu'il a de bousculer les enfants sans jamais les mordre...

Ce petit athlète bien proportionné, inconscient du danger, peu sensible à la douleur, a besoin d'un maître à la fois compréhensif et énergique. Lui céder n'importe quoi pour avoir la paix ou adopter à son égard une attitude protectrice serait une erreur. Entre le Fox-terrier et son maître doit s'établir une amitié à base de complicité comme celle qui lie depuis des années, et dans les mêmes aventures, les deux héros d'Hergé, l'astucieux Milou et le célèbre Tintin...

Chasseur entreprenant, alerte, rapide, le Fox-Terrier est toujours prêt à s'élancer au moindre signe. Excellent chien de déterrage, il n'hésite pas à creuser la terre encore et encore pour mieux traquer sa proie, qu'il s'agisse d'une portée de lapereaux, d'un renard, d'un blaireau ou d'une taupe. Face à un sanglier, il fait montre de la même vaillance.

C'est vers 1920 qu'il devient un chien de compagnie à la mode, rendu populaire par des dessins de Paul Rab, créateur des célèbres Ric et Rac, Fox blanc et Scottish Terrier noir...

Qu'il vive libre à la campagne ou qu'il s'accommode de la vie de chien de compagnie, il faut à cet agité à la nature ardente un maximum de liberté. L'attacher ou l'enfermer serait le condamner à devenir un chien triste, lui si gai...

Historique de la race

Né en Grande-Bretagne, le Fox-Terriers à poil dur a pour ancêtre des Fox-Terriers à poil lisse, des Teckels et des Beagles, peut-être aussi des Staffordshire-Bull-Terriers.

C'est vers 1810 que des éleveurs anglais commencent à le sélectionner pour la chasse à courre le renard, et à fixer la race à partir de trois de ses plus beaux représentants : Old Jack, Old Top et Tatar...

Le Fox-Terrier Club est fondé en 1876. Le standard du Fox-Terrier à poil dur et celui du Fox-Terrier à poil lisse sont établis cette même année. Au début du siècle, la duchesse de Newcastle développe dans son chenil de Notts le type du Fox-Terrier à poil dur tel qu'il est aujourd'hui.

Après une période de déclin, le Fox-Terrier connaît vers l'année 1920 un immense succès tant en Amérique qu'en France.

Le Fox-Terrier à poil lisse

Fox-Terrier à poil lisse

Le Fox-Terrier à poil lisse ne diffère du Fox-Terrier à poil dur que par la texture du poil, droit, plat, lisse, bien serré. Autrefois spécialiste de la chase au rat dans les étables, mais utilisé aussi en Angleterre pour la chasse au renard, il est devenu lui aussi un chien de compagnie, peut-être moins "chic" que le Fox-Terrier à poil dur.

C'est entre les deux guerres qu'il connaît aux États-Unis sa plus grande vogue. Les amateurs achètent à prix d'or les champions primés de cette race de chiens délurés. L'image du petit Fox-Terrier écoutant avec malice le phonographe de "La Voix de son maître" est l'une des grandes réussites publicitaires.

Caractéristiques

Aspect général : chien vif, aux mouvements rapides, à l'expression intelligente, en alerte au moindre mouvement, prêt à bondir à toute provocation. Ce standard vaut également pour le Fox-Terrier à poil lisse, la seule différence étant la texture du poil.

Taille : 39 cm pour le mâle, la chienne étant plus basse.

Poids : 8 kg environ pour le mâle, 7,1 kg pour la femelle.

Tête : crâne plat et modérément étroit, diminuant de largeur vers les yeux. Le stop ne doit pas être trop apparent. Peu de différence en longueur entre le crâne et le museau. La truffe, vers laquelle le chanfrein s'amincit graduellement, est noire. Joues plutôt sèches. Mâchoires fortes et musclées, d'aspect puissant. Dents de niveau. Pas de dépression sous les yeux.

Yeux : foncés, petits et plutôt enfoncés, pleins de feu, de vie, d'intelligence ; de forme circulaire.

Oreilles : petites, en forme de V, d'une épaisseur modérée, retombant en avant près des joues sans pendre sur le côté.

Cou : net et musclé, sans fanon, de bonne longueur, s'élargissant graduellement vers les épaules.

Corps : poitrine profonde, moyennement large. Dos court, droit, fort. Épaules longues, obliques, bien allongées en arrière, fines aux pointes, nettement arrêtées au garrot. Rein puissant, légèrement arqué. Les première côtes modérément arquées, les dernières profondes.

Queue : attachée plutôt haut, portée gaiement, ni couchée sur le dos ni enroulée, de bonne grosseur.

Membres : ossature forte. Antérieurs droits, bien d'aplomb. Postérieurs : forts et musclés, droits. Cuisses longues et vigoureuses. Jarrets bien droits et parallèles. Grassets bien courbés.

Pieds : ronds, compacts. Soles dures, épaisses. Doigts modérément arqués, tournés ni en dehors ni en dedans.

Robe : texture serrée et dure, poil brisé, ni laineux, ni soyeux, très épais. Sous-poil fin. Couleur blanche prédominante. Taches bringées rouges ou feu sans grande importance.

Défauts : nez blanc, cerise ou très taché. Oreilles droites, en tulipe ou en rose. Bouche béguë ou grignarde.

Renseignements pratiques

Très bagarreur, le Fox-Terrier se fait souvent mordre par d'autres chiens. Il faut toujours avoir sous la main de quoi désinfecter et panser ses blessures.

En appartement, il a tendance à l'eczéma. La femelle fait assez souvent des grossesses nerveuses. Le Fox a besoin de beaucoup d'exercice. Son toilettage est délicat.

Toilettage du Fox-Terrier

La toilette du Fox-Terrier à poil dur commence avec la brosse (dure) et le peigne pour éliminer le poil mort et les petites souillures de la robe. Si le chien est très sale, le bain s'impose, mais sans en abuser sous peine d'abîmer le poil. Le stripping, ou épilation, qui se fait au peigne-couteau, consiste à retirer au chien le poil superflu.

Le trimming, sorte de "sculpture" de la robe, se pratique surtout si le chien doit concourir. Seul un professionnel ou un amateur très averti peuvent exécuter cette épilation particulière. L'encolure, le poitrail et les joues sont épilés aussi ras que possible ; le crâne, taillé au couteau à effiler ; les sourcils et la barbe, laissés assez longs ; le dos, les reins, la croupe, le grasset et l'arrière de la queue, épilés normalement ; le ventre, légèrement, sans lui laisser toutefois de poils follets. Le poil des pattes est conservé mais peigné et étalé. Après le lavage, sans le sécher complètement, on applique sur le chien une poudre blanche (blanc d'Espagne ou craie) et on l'enveloppe dans un manteau très ajusté qui maintient le poil couché. Le lendemain, le manteau enlevé, il suffit de brosser énergiquement.

La même opération est valable pour le Fox-Terrier à poil lisse. Il y a moins de poils à enlever, mais ceux-ci tiennent beaucoup plus.