Les maisons traditionnelles japonaises

Le plan et l'apparence de l'habitat traditionnel, appelé minka, diffèrent selon la région, le plus souvent en réponse aux conditions climatiques locales. Réalisée en bois et en papier, la maison traditionnelle était conçue pour s'intégrer à l'espace. Aujourd'hui, peu de minka d'origine sont encore habitées: la plupart ont été détruites, le plus souvent par le feu. La plupart des maisons que l'on peut encore admirer à travers le Japon ont été transformées en musées. Aujourd'hui, l'attrait pour l'architecture occidentale se fait de plus en plus vif, mais l'organisation de l'espace de vie, à l'intérieur, demeure japonaise.

Dans une minka, les toilettes et les sanitaires étaient souvent situés à l'extérieur. Il existait plusieurs types de minka: la maison gassbo-zukuri, en forme de L, abritait aussi bien les chevaux que les hommes (principalement dans la préfecture d'Iwate, au nord de Honshu); la maison kabuto-zukuri, quant à elle, était conçue pour faire entrer la lumière et l'air (on en trouve plusieurs exemples dans la préfecture de Yamagata, toujours au nord de Honshu).

Traditionnellement, le toit d'une minka est en chaume, mais le matériau varie parfois selon la région. Les tuiles, plus faciles d'utilisation et plus résistantes au feu, sont aussi très répandues, leurs extrémités sont parfois décorées de figures destinées à protéger la maison. On trouve également des bardeaux, parfois lestés de pierres. Les formes de toit diffèrent en style et en complexité.

Les maisons de ville, comme celles du quartier de Gion à Kyoto, sont des machiya, équivalent urbain des minka. Leur plan diffère suivant la taille de la façade.

Minka avec un toit de tuiles

Structure d'une maison traditionnelle japonaise

Exemple d'irori

Exemple de tokonoma