Médecin spécialiste

Le plus souvent, un patient commence par consulter un médecin généraliste qui, si nécessaire, l'oriente vers un spécialiste.

Les médecins spécialistes peuvent exercer en médecine libérale, c'est-à-dire en cabinet privé ou en clinique, ou bien en médecine hospitalière. Les médecins hospitaliers exercent aussi parfois une activité libérale partielle de consultation à l'hôpital (secteur privé).

À chaque spécialisation, son domaine d'intervention :

Cancérologie : Également appelée oncologie ou carcinologie, cette spécialité concerne tous les cancers, quelle que soit leur localisation.

Cardiologie : Le cardiologue soigne les maladies du cœur et des vaisseaux sanguins telles que les diverses cardiopathies, la coronarite, l'infarctus, les troubles du rythme cardiaque, l'hypertension artérielle.

Denstiterie : branche de la stomatologie

Dentisterie : Cette activité est une branche de la stomatologie qui se consacre à l'étude et au traitement des maladies de la cavité buccale.

Dermatologie-vénérologie : Cette spécialité concerne les maladies de la peau, des muqueuses, des ongles et des cheveux quelle qu'en soit la nature : infection, tumeur, allergie, trouble métabolique (diabète) ou problème psychosomatique. Les maladies sexuellement transmissibles (MST) relèvent aussi de ce domaine.

Endocrinologie : L'endocrinologue prend en charge les dysfonctionnements des glandes endocrines (thyroïde, hypophyse, surrénales, glandes sexuelles) et des hormones qu'elles sécrètent. La diabétologie appartient à cette spécialité.

Gastroentérologie : Elle traite les maladies du tube digestif (œsophage, estomac, intestins, rectum, anus) et de ses annexes (pancréas, foie, voies biliaires). Les maladies concernées sont, par exemple, l'ulcère gastroduodénal, la lithiase vésiculaire (présence de calculs dans la vésicule biliaire), la cirrhose, l'hépatite chronique.

Gynécologie-obstétrique : Cette spécialité s'intéresse aux maladies de l'appareil génital féminin (gynécologie), à la grossesse et à l'accouchement (obstétrique). Elle intègre des actes chirurgicaux (césarienne ou hystérectomie).

Hématologie : Elle traite les maladies du sang (anémie, leucémie) et de la coagulation (hémophilie). Elle implique une connaissance approfondie des mécanismes de défense de l'organisme contre les agents pathogènes extérieurs (immunologie) et de la cancérologie. Médecine physique et de réadaptation : Cette spécialité se consacre à la rééducation dans les suites d'accidents, d'interventions chirurgicales, de maladies neurologiques, cardiaques ou pulmonaires. Elle comprend la rééducation physique par des massages, des manipulations, des exercices, des soins par la chaleur ou le froid, ainsi qu'une réadaptation psychologique et sociale.

Néphrologie : Cette spécialité concerne les maladies du rein. Les techniques de rein artificiel et de dialyse péritonéale ainsi que la transplantation rénale sont de son domaine.

Neurologie : Elle prend en charge les maladies du système nerveux. Les céphalées, les paralysies, l'épilepsie, la maladie de Parkinson, la maladie d'Alzheimer, les troubles de la mémoire et du langage, les accidents vasculaires cérébraux sont les principales maladies traitées par le neurologue.

Ophtalmologie : L'ophtalmologiste traite les affections de l'œil (glaucome, cataracte, décollement de la rétine, strabisme, etc.) et corrige les troubles de la vision tels que la myopie ou la presbytie. C'est lui qui prescrit des lunettes et des lentilles de contact.

ORL : Ce spécialiste traite les maladies des oreilles, du nez et de la gorge

Oto-rhino-laryngologie (ORL) : Cette spécialité traite les maladies des oreilles, du nez et des sinus, du larynx et des cordes vocales, de la gorge, des glandes salivaires et du cou : infections, tumeurs, interventions chirurgicales (des amygdales ou de la thyroïde, par exemple). La surdité et les problèmes de vertiges sont également pris en charge par l'oto-rhino-laryngologiste, ainsi que certaines interventions de chirurgie esthétique de la face et du cou.

Pédiatrie : Le pédiatre traite les maladies de l'enfant depuis la vie intra-utérine, en collaboration avec les obstétriciens (médecine anténatale), jusqu'à l'adolescence (15 ans). La pédiatrie s'est diversifiée en "sur-spécialités" telles que la cardiologie, l'endocrinologie, la gastro-entérologie ou la pneumologie. A ces spécialités il faut ajouter la prise en charge du nouveau-né (néonatologie), la psychiatrie pédiatrique (pédopsychiatrie) et la médecine scolaire.

Pneumologie : Elle traite les maladies des bronches, des poumons, de la plèvre. Les principales maladies sont l'insuffisance respiratoire, les maladies de nature infectieuse (broncho-pneumonie, pleurésie, pneumonie, tuberculose...) ou tumorale (cancers).

Psychiatrie : Le psychiatre traite les dépressions et les troubles de l'humeur de façon générale. Il s'occupe également des maladies mentales graves et invalidantes (autisme, schizophrénie, etc.). Rhumatologie : Elle s'intéresse aux maladies des os, des articulations, des tendons. L'ostéo-porose, la maladie de Paget, l'arthrose, la sciatique, la hernie discale et les polyarthrites inflammatoires sont traitées par le rhumatologue.

Stomatologie : Le stomatologue assure la prévention et le traitement des maladies qui affectent la bouche et les dents. La dentisterie relève de la stomatologie ; elle consiste à traiter les caries dentaires, à effectuer des détartrages, à extraire des dents, à poser des prothèses, à soigner les affections touchant les gencives et à assurer le redressement des dents.

La médecine interne

Elle regroupe les connaissances de toutes les pathologies médicales pour en faire des synthèses ou prendre en charge des maladies qui concernent l'ensemble de l'organisme. A l'hôpital, les internistes sont responsables de services qui admettent les malades ne relevant pas directement d'une spécialité donnée.

Des compétences particulières

Aux spécialités médicales s'ajoutent des compétences particulières qui apportent un savoir-faire supplémentaire au médecin.

EXAMENS ET CHIRURGIE

Moins familières, ces spécialités médicales ne s'exercent généralement pas à l'occasion d'une consultation classique.

Un médecin ne parvient pas toujours, sur les seuls renseignements fournis par l'interrogatoire et l'examen clinique de son patient, à établir un diagnostic. Il demande alors des examens dits complémentaires. Ceux-ci, qu'il s'agisse d'imagerie médicale, d'examens biologiques ou génétiques, sont effectués par des médecins spécialistes.

La chirurgie intervient le plus souvent après une consultation chez un médecin (généraliste ou spécialiste). Elle recouvre de nombreuses spécialités médicales et peut, de ce fait, être divisée en autant de disciplines.

Les examens médicaux

Anatomie et cytologie pathologique : Elles concernent l'examen des organes et des tissus qui les composent, à l'œil nu et au microscope, grâce à la maîtrise des techniques de préparation des tissus permettant de mettre en évidence d'éventuelles anomalies. Ces tissus sont prélevés par biopsie, chirurgie, ou après un décès lors d'une autopsie. Les résultats aident au diagnostic de nombreuses maladies, notamment en définissant le caractère bénin ou malin des tumeurs de tous les organes. Dans certains cas, les anatomo-cyto-pathologistes permettent de déterminer un pronostic et d'élaborer un traitement (en caractérisant un type de cancer, par exemple). Biologie clinique : Les spécialistes en biologie clinique sont chargés d'effectuer des examens biologiques (biochimiques, hormonaux ou bactério-biologiques) à partir de prélèvements de sang, d'urine, de crachat, de selles, de liquide céphalo-rachidien prélevé par ponction lombaire...

Génétique médicale : Le généticien étudie les maladies qui se transmettent génétiquement (par les gènes des parents) et entraînent certaines maladies (trisomie 21, myopathie, par exemple). Les progrès de la génétique moléculaire laissent espérer que l'on saura un jour isoler la totalité des gènes responsables des maladies génétiques et donc réaliser des diagnostics anténataux (avant la naissance) pour un nombre croissant de maladies.

Le radiologue est consulté sur la prescription d'un médecin qui a besoin de son intervention pour confirmer ou orienter un diagnostic.

Radiodiagnostic et imagerie médicale : Cette spécialité comprend plusieurs techniques de mise en images du corps humain, reposant sur des principes totalement différents : la radiographie classique et le scanner (tomodensitométrie) ont recours aux rayons X ; l'IRM (imagerie par résonance magnétique) utilise un champ magnétique ; les échographies exploitent les propriétés des ultrasons. Un service de radiologie moderne comporte donc plusieurs départements intégrant ces différentes techniques.

Médecine nucléaire : La médecine nucléaire est fondée sur la propriété qu'ont certains éléments ou certaines molécules de se concentrer naturellement dans un organe ou dans un site particulier de l'organisme (thyroïde, par exemple, pour l'iode 131). Le traitement des données recueillies permet d'obtenir des scintigraphies, documents qui dessinent la répartition de la radioactivité dans l'organe examiné.

La chirurgie

Chirurgie générale : La chirurgie consiste à pratiquer des actes opératoires sur un corps vivant. Les techniques de chirurgie sans incision (chirurgie endoscopique) se développent ; certaines permettent d'éviter l'hospitalisation (chirurgie ambulatoire). Les applications de la chirurgie sont très vastes

- correction de traumatismes osseux, articulaires ou viscéraux, traitement de lésions, ablation de tumeurs, de calculs urinaires, etc., correction de malformations, remplacement d'organes- et donnent lieu à des "spécialités chirurgicales" :

- la chirurgie cardio-vasculaire traite certaines maladies du cœur et des vaisseaux ;

- la chirurgie ophtalmologique traite certaines maladies du globe oculaire et de ses annexes (muscles oculomoteurs, paupières) ;

- la chirurgie orthopédique et traumatologique répare les conséquences des maladies, des accidents et des déformations de l'appareil locomoteur (os, articulations, ligaments, tendons, muscles) ;

- la chirurgie infantile se consacre aux enfants, et plus particulièrement aux nouveau-nés. Elle traite notamment les malformations et anomalies du développement dues à la prématurité ou à d'autres causes nécessitant une prise en charge dans des unités spécialisées ;

- la chirurgie plastique et esthétique regroupe les interventions consistant à améliorer l'apparence d'un individu et à réparer diverses lésions du corps humain.

Neurochirurgie : Cette spécialité est consacrée au traitement des maladies du système nerveux. Le neurochirurgien pratique des opérations aussi variées que l'ablation de tumeurs ou de malformations vasculaires cérébrales, la section de certains nerfs dans le traitement de douleurs chroniques, ainsi que les interventions destinées à supprimer des mouvements anormaux (tremblements importants) ou des crises d'épilepsie rebelles aux médicaments.

Anesthésiologie-réanimation chirurgicale : L'anesthésiste assure l'endormissement des patients pour éviter la douleur provoquée par une intervention chirurgicale, un examen ou un accouchement. L'anesthésie peut être générale, partielle (péridurale) ou simplement locale. Les anesthésistes assurent également la visite préopératoire et la réanimation postopératoire des opérés.

Le conseil génétique

En présence d'antécédents familiaux de maladies génétiques ou en présence de ce type de maladie chez un premier enfant (mucoviscidose, par exemple), des tests peuvent être réalisés au début de la grossesse pour s'assurer que le fœtus n'est pas atteint. Ces tests consistent à prélever un fragment du placenta (prélèvement de villosités choriales) ou du liquide amniotique, puis à examiner les chromosomes des cellules prélevées au microscope. Grâce à l'analyse génétique, suivie d'une interruption de grossesse dans les cas défavorables, la fréquence de certaines maladies héréditaires a diminué.

Salle d'opération. La chirurgie a bénéficié de l'amélioration des techniques de chirurgie et des progrès d'autres disciplines médicales telles que l'anesthésie et la transfusion sanguine.