Me connecter | Pas encore inscrit ?

Navigation
Accueil

Encyclopédie

Contribuer

Boîte à outils

Dictionnaire

Chercher un mot :

Conjugueur

Conjuguer un verbe :










Tout sur le teckel à poil ras

En Égypte et dans le Midi de la France, on a relevé des traces très anciennes de chiens ayant le physique burlesque du teckel. Mais s'agit-il de ses aïeux ? Rien ne permet encore de l'affirmer.

Caractéristiques principales de la race

- Corps long - Membres courts - Tête fuselée et fine - Oreilles pendantes - Queue portée plutôt bas - Poil court, dru et luisant - Taille : de 17 à 25 cm au garrot - Poids : 3 kg pour le kaninchen ; 4 kq pour le nain ; de 6,5 kg à 9 kg pour le standard - Durée moyenne de vie : de 12 à 15 ans

Tête : allongée, elle va en se rétrécissant jusqu'à la truffe. Le stop est peu marqué. Le crâne, peu bombé, se dirige sans cassure apparente vers le chanfrein.

Yeux : de grandeur moyenne, ovales, placés sur le côté. Le regard est vif et amical. La couleur varie du brun-rouge au brun-noir.

Oreilles : attachées haut et en arrière, longues sans exagération, plates et bien arrondies au bout, très mobiles, le bord antérieur appuyant contre la joue.

Gueule : le nez long et étroit se termine par une truffe sèche, variant du noir au brun, finement ciselée, avec des narines bien ouvertes. Le chanfrein est légèrement busqué. Les lèvres serrées couvrent la mâchoire inférieure. Les mâchoires très élastiques, ainsi que la denture, s'ouvrent jusqu'en arrière de la verticale de l'œil.

Cou : il est de bonne longueur, musclé, avec une belle sortie d'encolure.

Corps : le sternum est puissant et proéminent. Vu de devant, le thorax est ovale et descendu jusqu'à mi-hauteur de l'avant-bras. La cage thoracique, ovale et longue, s'élargit à la hauteur du cœur et des poumons. Les côtes, plutôt plates, sont dirigées vers l'arrière. Le dos, court et rigide, se prolonge vers le garrot. Le rein est court, large, ferme et légèrement arqué. Le ventre est bien relevé. La croupe est longue, arrondie, compacte et moulée.

Membres : avant-main musclée et bien développée. Très forte ossature et muscles très fermes. Avant-bras court, le moins possible incliné en dedans. Les membres postérieurs sont parallèles vus de derrière. Le jarret est large et fort.

Pieds : larges et ronds, légèrement en dehors. Cinq doigts bien serrés et arqués. Sole compacte et dure.

Queue : dans le prolongement de la ligne du dos, pas trop recourbée, ni portée trop gaiement.

Poil : court, dru, luisant et plat sur tout le corps.

Couleur : unicolore, bicolore ou arlequin.

Nanisme = teckel ?

Certains témoignages de l'existence de canidés atteints de bassetisme sont très anciens. Dans une grotte, à Vence, des ornements datant de l'époque néolithique montrent de tels chiens : corps allongé et membres rognés. Par ailleurs, en Égypte, on a mis au jour un bas-relief qui représente Thoutmès III avec ce qui pourrait être un teckel couché à ses pieds : il date de 1 500 ans avant J.-C. ! Mais peut-on être certain de la filiation directe entre ces animaux du passé et notre clown aux oreilles tombantes ? Ou faut-il simplement y voir un facteur commun entre plusieurs races atteintes de la même anomalie ? Il semble que les origines du teckel restent floues.

Aucun indice ne permet d'assurer de façon définitive que celui-ci était présent à Vence ou en Égypte.

Fouineur idéal

Quoiqu'il en soit, depuis le Moyen Âge au moins, les teckels ont été employés pour la chasse. Leur physique très particulier était un atout pour pénétrer dans les terriers : corps près du sol et museau long et fin. Les Allemands se sont appliqués dès cette période à les sélectionner selon des critères très rigoureux : il voulait un chasseur efficace pour le blaireau notamment. C'est pourquoi le teckel s'appelait « dachshund » à cette époque : le chasseur de blaireaux. Le teckel d'alors est plus trapu et plus lourd qu'aujourd'hui.

Le boum

Dès le XIXème siècle, la reine Victoria s'éprend de cette gracieuse « saucisse » sur pattes. Elle l'importe et la race se développe en Grande-Bretagne. En France, celle-ci débute vers 1900 avec les expositions. Le premier standard est fixé le 8 mai 1925. Un second suivra en 1947 dans lequel les poids respectifs des trois variétés seront allégés. Après la deuxième guerre mondiale, le gabarit standard à poil ras prend un essor considérable, en France et en Allemagne en particulier.

Dans les années soixante, il est au top du hit-parade canin. Les lignées sont alors de grande valeur dans les deux pays. Outre-Atlantique, le teckel fait également une entrée remarquée. Il développe des qualités profondes d'animal de compagnie. Le teckel à poil ras est alors à son apogée.

Caractère

Il devine d'emblée les personnes qui n'aiment pas les chiens et ne leur fait pas d'avances !

Quand il poursuit un sanglier, son courage frôle l'inconscience ! Le teckel à poil ras n'a rien d'un pantouflard. Même s'il ne pratique pas souvent la chasse aujourd'hui, il reste avide de découverte et d'aventures. Chaque sortie est pour lui un plaisir renouvelé. La routine, il ne connaît pas ! Boute-en-train toujours prêt à épater la galerie, ce farceur-né peut se montrer ronchon de temps à autre. Cependant il sait se faire vite pardonner : ses mimiques sont parfois désarmantes...

Ses qualités

- Intelligent - Vif - Loyal - Comique - Observateur - Intuitif - Rusé - Téméraire - Adaptable

Ses défauts

- Parfois obtus - Exclusif

Bon vivant

Ce petit clown au physique sympathique se montre toujours gai, plein d'idées et de punch. Il n'est pas le dernier à cacher des objets ou à faire les farces les plus désopilantes. Sa bonne humeur fait de lui un compagnon idéal pour les autres animaux familiers auxquels il s'adapte volontiers.

On a déjà vu une femelle teckel élever des lapereaux : pour un chasseur, c'est un comble ! Si l'autre animal est un chien, il suffit que celui-ci respecte la hiérarchie et tout se passe pour le mieux. L'énergie du teckel à poil ras doit être canalisée : une éducation stricte s'impose. Il faut montrer fermeté et patience avec ce concentré de malice et de vivacité.

L'abc du maître parfait

Si vous optez pour ce compagnon haut en couleurs, vous devez aimer les sous- bois, la campagne et les longues promenades : votre teckel adore fouiner, sentir les pistes, faire des trouvailles... Son atavisme de chasseur n'est jamais très loin. S'il s'adapte à l'appartement, la maison avec jardin ou cour lui va comme un gant : ainsi, il peut donner libre cours à son vagabondage olfactif. Il peut même, à l'occasion, vous rapporter de petits rongeurs qu'il vous offrira par amour.

L'attachement exclusif à son maître dont le teckel à poil ras fait preuve peut être une qualité pour les personnes seules. Si vous avez besoin de sentir une présence constante et une affection débordante, il est pour vous ! Mais attention ! Ne le laissez pas devenir mal élevé et capricieux. Vous devez l'éduquer très tôt si vous ne voulez pas en faire un chien mal élevé ; lui donner tous les droits serait la pire des erreurs. Vous devez délimiter son territoire et lui interdire votre lit. Un endroit sec et chaud lui sera exclusivement destiné : à chacun sa place !

Si vous êtes chasseur, votre compagnon le sera aussi. Si vous avez tendance à être casanier, il le deviendra volontiers. Adaptable, il peut s'habituer à divers styles de vie. Il n'a pas besoin de courir pendant des heures : c'est un petit gabarit. Cependant, il faut veiller à lui donner sa dose d'air frais et d'activité. Ne le rendez pas agressif ! Pensez à jouer très régulièrement avec lui : il ne peut vivre sans s'amuser.

A faire

- Être très strict avec ce petit diable. - Le sortir suffisamment. - Miser sur son intelligence. - Laisser libre cours à ses envies de chasse. - Lui offrir un foyer chaleureux.

A ne pas faire

- Céder au moindre de ses caprices. - Le sous-estimer. - Lui permettre un jour ce que vous lui interdisez le lendemain. - Le laisser envahir votre territoire.

Spécialiste de la chasse

Le teckel à poil ras, comme son frère à poil dur, a des aptitudes particulières en matière de cynégétique. Sa morphologie est son premier atout pour la chasse au terrier : il retient la proie dans sa tanière jusqu'à l'arrivée de son maître. Il peut aussi débusquer le gibier à poil lors de battues, et rechercher un animal blessé. Sa petite taille est encore une qualité appréciée pour la chasse au sanglier. Il manifeste de la témérité, et les flancs au ras du sol, il évite l'éventration. Le kaninchen, de son côté, s'applique à traquer le lapin : à peine plus gros que celui qu'il poursuit, il pénètre dans ses galeries pour s'en saisir.

Cabotin rusé

Le comportement est assez uniforme pour les diverses variétés. Néanmoins, le teckel à poil ras est le plus typique : c'est un comédien de grand talent. S'il veut obtenir un morceau de gâteau, il sait comment vous attendrir. De même, lorsqu'il fait une bêtise, il trouve rapidement le truc pour apaiser votre colère. Il utilise des trésors d'espièglerie pour se faire remarquer, pardonner, pour atteindre son but... Il est intelligent, cela ne fait aucun doute ! Évitez de vous laisser embobiner, faites vous respecter. Il doit savoir qui est le maître.

Avec les bambins

Cet amuseur public numéro un est la coqueluche de vos chérubins. Sa capacité à inventer sans cesse de nouvelles bêtises les séduit à coup sûr ! Lui-même adore les enfants et peut même se transformer en gardien de bon aloi pour les protéger si nécessaire. Mais lorsqu'il a envie d'être seul, le pitre de la famille peut se mettre à grogner : apprenez-lui tout de suite à ne pas recommencer en lui mettant un coup de journal sur le derrière...

Très possessif

Avant de devenir un animal de compagnie très en vogue, le teckel était avant tout un chien de chasse remarquable. Sa ténacité, son courage et son caractère entreprenant faisaient merveille. Aujourd'hui, il chasse encore dans certains pays avec son congénère à poil dur. S'il est bourré de qualités, le teckel à poil ras a aussi quelques petits défauts : il se montre plus réticent que ses homologues avec les étrangers, et plus exclusif vis- à-vis de son maître, pour ne pas dire jaloux. Certains individus peuvent se révéler particulièrement entêtés.

Au quotidien

Il faut rationner ce gourmand pour ne pas qu'il ressemble à un « traversin » à pattes. Son dos est fragile : le sixième sans ascenseur n'est pas pour lui. Hormis ses problèmes éventuels de colonne vertébrale, le teckel à poil ras n'est pas fragile. C'est un petit chien robuste, bien dans ses poils et à l'aise partout. Teckel des villes ou teckel des champs, il est toujours content.

A savoir

- Avec lui, plus de souris dans la maison

- Chasseur de mouches et de papillons

- Peut vivre en appartement

- Trois sorties quotidiennes minimum

- Tendance à l'obésité

- Dos à surveiller

- Toilettage inutile

- Certains individus peuvent être bruyants

- Entretien peu coûteux

- Prix d'achat modéré

Un copain de tous les instants

Si vous choisissez une variété de petit gabarit, kaninchen ou nain, il pourra vous accompagner partout Quelles que soient vos activités, sa taille est un atout En voiture, en vélo, à pied, dans les magasins, au travail, au restaurant... c'est une « miniature » facile à emmener.

Son espace vital

L'appartement ne présente aucun problème. Mais la petite taille du teckel à poil ras ne.signifie pas qu'il puisse s'épanouir en sortant peu. Au contraire, trois ou quatre promenades sont indispensables à son équilibre. S'il a un jardin, il sera ravi. Il pourra alors donner libre cours à son instinct de chasseur. Vous le verrez fureter dans les coins pour débusquer rongeurs et autres petites proies à sa mesure. Actif, il n'en sera que plus heureux. Ne soyez pas étonné alors de le voir courir après les papillons en aboyant joyeusement!

Son alimentation

Elle devra être équilibrée et ne jamais dépasser les doses requises fonction du poids de votre teckel. L'embonpoint est le pire ennemi de votre ami : son dos ne le supporterait pas. Ne vous laissez pas attendrir par les supplications de ce gourmand : il ne sait pas résister aux friandises ! Le kaninchen a besoin d'environ 100 g de pâtée par jour, la variété naine de 120 à 140 g et le standard de 270 à 300 g. Le teckel a des goûts variés : la viande bien sûr (à raison de 15 g par kilo que pèse le chien), mais aussi le poisson ou le fromage sont des sources de protéines qu'il apprécie. S'il est trop gros, augmentez les rations de légumes, réduisez les pâtes ou le riz.

Sa santé

La paralysie du train arrière est le problème le plus courant. Le teckel a une tendance à la hernie discale, à cause de la longueur de sa colonne vertébrale et de ses pattes très courtes. Cependant, on peut jouer la carte de la prévention : gérer son alimentation, lui donner de l'exercice sous forme de marche ou de course, éviter les sauts et les escaliers sont les trois règles d'or d'une santé préservée.

Son entretien

Le tartre dentaire est fréquent chez le teckel. Le détartrage se révèle donc utile dès la première année. Le vétérinaire pourra l'effectuer lors des séances annuelles de vaccination. Il vous recommandera certainement un brossage régulier des dents en complément.

Il existe des produits très efficaces dans ce domaine aujourd'hui. Le pelage ras de votre compagnon est quant à lui ultra-pratique. Un simple brossage de temps à autre permet d'évacuer le poil mort.

Question de mode...

Le teckel est un grand classique dans l'espèce canine. Cela est sans doute dû à ses vingt- sept variétés : une combinaison de trois tailles, trois natures de poil, et trois types de coloration. En France, le cheptel reste stable avec une moyenne d'environ quatre mille individus. Le choix offert par la race est à la source de ce succès : le teckel traverse les modes ! Le standard à poil ras était sur le devant de la scène dans les années soixante.

En 1965, il représentait les trois quarts des effectifs. Aujourd'hui, il est en perte de vitesse : le teckel des années quatre-vingt-dix est le nain à poil dur.