Toux

(Redirigé depuis La toux)

Ce n'est jamais par hasard que l'on tousse, on ne tousse jamais sans raison. Il est donc inutile d'espérer une amélioration tant que l'on ne s'est pas soigné efficacement.

C'est pourtant, désormais, une pratique courante que d'attendre plusieurs jours avant de se décider à entreprendre un traitement.

Une négligence qui peut coûter cher et aggraver le mal présent !

La toux : de quoi s'agit-il ?

Toux sèche, toux grasse quelle est la différence ?

On tousse pour des raisons bien différentes, mais il s'agit toujours d'un symptôme révélateur. Lorsque la toux est sèche et sans crachat, il faut suspecter une affection pleurale, ou un réflexe nerveux. Lorsque la toux est au contraire grasse et productive, on pensera immédiatement à un encombrement bronchique dû à la présence de germes (bronchite) ou à une irritation due au tabac, à la poussière, ou au brouillard.

Existe-t-il d'autres formes de toux ?

On rencontre aussi des toux rauques comme dans la laryngite, ou quinteuse si le sujet souffre d'une coqueluche. Quelle qu'en soit l'origine, une toux ne doit pas être banalisée. Ce n'est pas parce qu'elle est isolée d'autres symptômes, comme la fièvre ou les points de côté, qu'il faut en ignorer la gravité. Une consultation médicale est donc toujours indiquée.

Que faut-il éviter de faire ?

Par contre, il est déconseillé de se ruer inconsidérément sur des bouteilles de sirop, car s'il est bon de faire cesser une toux sèche, il faut savoir qu'une toux grasse doit être respectée si l'on veut que les bronches soient dégagées des mucosités qui les encombrent.

Quels sont les traitements à envisager ?

A chaque toux, son type de traitement. Avant de prescrire, le médecin s'informera toujours des antécédents pulmonaires du malade, pratiquera une auscultation, lui permettant (grâce aux sons émis) de préciser l'origine de la toux, et complétera éventuellement son examen par des radios des poumons au cas où une autre cause serait suspectée.

Dans la majorité des cas, la prescription se résume à un traitement de fond (à base d'antibiotiques), à des sirops à base d'opiacés comme la codéine ou la codéthyline, et de médications décongestionnantes (sinapisme,baume révulsif et inhalation de soufre ou d'essence d'eucalyptus).

Quelques remèdes de grand-mère

On toussait beaucoup jadis. Mais les remèdes populaires n'avaient d'efficacité que pour les bronchites simples ou les toux d'irritation. Les cas de tuberculoses, de phtisie et d'emphysème échappaient malheureusement au savoir de l'époque. Il nous reste malgré tout quelques remèdes dont on ne peut nier l'efficacité, les médecins les recommandant eux-mêmes en complément de leur traitement.

Radis noir, ail, quels en sont les bienfaits ?

C'est le cas en particulier du sirop de radis noir, encore couramment utilisé dans les campagnes. Pour le préparer, coupez en rondelles un radis noir bien lavé mais non épluché, et recouvrez-le de sucre brun en poudre. Au bout d'une heure ou deux, un jus abondant va se former. Recueillez-le au fur et à mesure, et conservez-le au réfrigérateur. Il faudra en boire une cuillère à café matin et soir, pendant une semaine. Autre recette encore employée, le lait d'ail.

On recommande de le préparer en faisant bouillir deux gousses d'ail dans 1/2 litre de lait durant un bon quart d'heure. A boire très chaud, lorsque l'on sent les quintes de toux arriver.

Et la résine de pin ? Et les huiles essentielles ?

Dans les landes, on continue à fabriquer dans certaines familles des boules de résine de pin, que l'on roule dans du sucre. Ces boules seront à avaler juste avant de boire une tisane bien chaude de lierre terrestre, d'hysope ou de pulmonaire, dont il ne faudra utiliser que les feuilles fraîches. Si vous préférez plutôt les huiles essentielles, mélanger sur un sucre 8 gouttes d'huiles essentielles de sapin, d'eucalyptus et de menthe. Ce mélange dégage les voies respiratoires et permet de trouver plus facilement le sommeil.