Vie quotidienne dans la Rome antique

(Redirigé depuis La vie quotidienne des Romains)

Statue romaine

L'esclave de Purnia tend un miroir à sa maîtresse. Paulus, accompagné de son pédagogue, se hâte vers l'école. Marcellus est aux thermes. Licia s'impatiente dans sa boutique : la marchandise venant d'Ostie n'est pas arrivée ! Quintus harangue des curieux sur la grande place du forum : il dénonce l'augmentation du prix du blé. Ainsi va la vie de tous les jours d'un bout à l'autre de l'Empire romain..

Rétracter -

Sommaire
  1. En ville
  2. Du pain et des jeux
  3. Les thermes romains
  4. Les gladiateurs
  5. Les combats d'animaux
  6. L'instruction
  7. L'éloquence
  8. Àla campagne
  9. En savoir plus

En ville

Les rues sont très droites, bordées d'immeubles où s'ouvrent des commerces et des ateliers au rez-de-chaussée. Les plus pauvres habitent au dernier étage. Il n'y a pas de système d'évacuation des ordures : on les jette dans la rue. On se chauffe avec un brasero qui enfume les pièces.Difficile de faire la cuisine sans cheminée ! Pour manger un plat chaud, on se rend à l'auberge. Peu d'insulae (les habitations collectives) possèdent des salles de bain : on se lave aux thermes publics. On va chercher l'eau à la fontaine. Les riches, eux, habitent dans une domus, maison individuelle avec une cuisine et de l'eau.

Du pain et des jeux

L'Italie romaine profite des richesses de l'immense Empire. Les empereurs peuvent ainsi financer de grandes constructions publiques pour satisfaire la « plèbe », le petit peuple qui afflue dans les grandes villes. Les thermes gratuits se multiplient, comme ceux de Caracalla à Rome ; ainsi que les cirques, comme le Circus Maximus, et les arènes, comme le Colisée,tous deux à Rome.« Panem et circenses » (du pain et des jeux), telle est la recette pour calmer les tentatives de révolte. Presque 200 jours fériés par an, en l'honneur des dieux, de l'empereur ou d'un général victorieux... consacrés à de grands spectacles : combats de gladiateurs, courses de chars qui passionnent les foules et déclenchent souvent des émeutes ; naumachies, grandioses reconstitutions de combats navals comme celle de la bataille de Salamine (remportée par les Grecs sur les Perses au Vème siècle av. J.-C.), offerte par l'empereur Auguste, pour laquelle il fallut remplir d'eau le Colisée.

Les thermes romains

Ouverts du lever au coucher du soleil, ces bains sont assidûment fréquentés par les hommes et les femmes, mais à des horaires différents. Sudatorium, première pièce, très chauffée pour transpirer. Caldarium, où l'on prend un bain chaud après le sudatorium.Tepidarium pour les bains tièdes après le bain chaud. Frigedarium pour le bain froid final.Gymnase pour faire du sport.Apodyterium, vestiaire. Hypocauste, système de chauffage au bois, conduisant la chaleur par des canalisations.

Les gladiateurs

Prisonniers ou esclaves tentent leur chance dans des combats à mort et se soumettent à un entraînement très dur. Le vainqueur reçoit de l'argent, une couronne et sa liberté. Pour demander grâce, le perdant levait le bras gauche. Si la foule ou l'empereur levait le pouce, il était gracié.

Les combats d'animaux

Ils précèdent les combats de gladiateurs. Le jour de l'inauguration du Cotisée, 5 000 bêtes furent tuées ! Rhinocéros contre éléphants, ours contre taureaux, lions contre des chasseurs et quelquefois des hommes sans défense : c'est ainsi que périrent nombre de chrétiens.

L'instruction

Il faut payer le maître : les plus pauvres ne vont donc pas à l'école. Celle-ci, pas toujours confortable, se situe aussi bien sous un portique, dans une cour que dans une boutique. De 6 à 12 ans, on apprend à lire, à écrire et à compter. L'enseignement secondaire, dispensé par le grammaticus, est consacré à l'étude des auteurs grecs et romains, de la philosophie, de la géométrie et de la musique.

L'éloquence

Vers l'âge de 17 ans, le jeune Romain de bonne famille qui veut devenir magistrat, homme politique ou militaire se consacre à l'éloquence sous la direction d'un rhéteur. Savoir parler est indispensable pour convaincre soldats, clients ou sénateurs. Les plus fortunés vont à Rhodes ou à Athènes apprendre auprès des meilleurs orateurs grecs.

Àla campagne

La terre est la principale ressource de l'Empire : blé, vigne, oliviers, bœufs, moutons, chèvres. La ferme, la villa, est dirigée par un régisseur, souvent un esclave affranchi, fidèle au propriétaire qui vit à Rome et ne se rend dans sa propriété qu'en villégiature. Les villas sont de toutes les tailles. Mais les grands domaines, ou latifundia, emploient des milliers d'esclaves répartis en équipes.Leur travail est très dur et non payé. Ils dorment dans des baraquements misérables, les ergastules, tandis que les propriétaires séjournent dans de somptueuses maisons.

En savoir plus

Repas romain

À tableLe repas le plus important est celui du soir, la cena. On mange avec les doigts et une cuillère pour les mets liquides. On boit après le repas. Les riches donnent de somptueux banquets : hors-d'œuvre, viandes (veau, porc, volailles, mais aussi paon, cigogne, âne) et poissons (dorade, rouget, sole, anguille, fruits de mer...), fruits et gâteaux.Le laraireDans la maison des maître, un autel est consacré aux dieux lares qui veillent sur le foyer et auxquels on rend un culte quotidien sous l'autorité du père de famille, le pater familias, si puissant qu'il a droit de vie et de mort sur ses enfants, peut refuser de les reconnaître ou même les vendre comme esclaves ! Le mariageLes mariages sont arrangés par souci économique ou politique. Les filles se marient vers 14 ans. La veille, elles offrent leurs jouets aux dieux devant l'autel du foyer. Vêtue d'une tunique blanche et d'un voile rouge sur ses cheveux tressés, la mariée reçoit un anneau d'or qu'elle porte au majeur de sa main gauche. La maison de son époux est décorée de tentures de lin blanc et de lierre, symbole de force et de santé. Les garçons d'honneur la soulèvent pour lui faire franchir le seuil. Le marié entre le dernier en jetant des noix aux enfants.La femme doit une obéissance absolue à son mari, qui peut la répudier.