Épistaxis

(Redirigé depuis Le saignement de nez)

Il n'est pas nécessaire de prendre un coup sur le nez pour saigner. Mais il est prudent de connaître quelques remèdes très simples si l'on ne veut pas rester de longues minutes la tête en arrière et la gorge pleine de sang.

Le saignement de nez : de quoi s'agit-il ?

En termes médicaux, on parle d'épistaxis. Exception faite des traumatismes, l'hémorragie nasale est essentiellement liée à l'hypertension artérielle ou à une ulcération d'un vaisseau de la cloison nasale.

Dans l'hémorragie nasale : l'éclatement d'un vaisseau correspond en quelque sorte au rôle que jouerait une soupape, évitant ainsi qu'un accident plus grave, notamment cérébral, ne se produise. C'est parfois à l'occasion d'un effort ou en ayant la tête baissée que l'hémorragie survient. Rien de bien grave, mais il est préférable d'en parler à un médecin afin que le rapport avec l'hypertension soit clairement établi.

L'épistaxis dite essentielle, due à une ulcération d'un capillaire de la cloison nasale, est fréquente chez l'adolescent. Mais on n'en connaît pas réellement la cause. Elle se produit sans raison apparente, lors d'une exposition au soleil, durant un effort ou à l'occasion d'une contrariété. L'épistaxis essentielle n'est pas bien grave mais elle doit conduire à un examen médical si elle se produit régulièrement et en l'absence de tout traumatisme.

Le traitement

Il faut différencier le traitement local du traitement général :

Le traitement local : face à l'hémorragie nasale, le premier geste à faire consiste à comprimer la narine avec un doigt pendant cinq à six minutes. Si le sang continue à couler, il est prudent d'acheter un coton imbibé d'un produit hémostatique. Cette mèche sera introduite dans la narine et maintenue en place, la tête légèrement penchée en avant.

Ensuite, si les saignement se produisent souvent, il faudra envisager un traitement général qui passe par la consultation d'un médecin pour savoir si les saignements sont dus à une hypertension et peut-être envisager une cautérisation.

Quelques remèdes de grand-mère :

Outre la mèche de coton enfoncé dans la narine, vous pouvez appliquer un glaçon sur l'aile du nez. Il ne faudra pas plus d'une minute pour que le saignement s'arrête.

Vous pouvez essayer également la prise de poudre de prêle (en aspirant par la narine qui saigne) à condition que la vue du sang ne vous dérange pas.

Une astuce qui peut fonctionner également, imbibé un coton de jus d'un citron avant de l'introduire dans la narine. Remplacez ce coton toutes les 5 minutes.

Pour éviter les récidives, buvez également pendant quelques jours une tisane préparée avec de la prêle, du mille-feuille et de la sauge : 50 g de chacune de ces plantes pour un litre d'eau, et un temps d'infusion qui ne devra pas dépasser 15 minutes.