Me connecter | Pas encore inscrit ?

Navigation
Accueil

Encyclopédie

Contribuer

Boîte à outils

Dictionnaire

Chercher un mot :

Conjugueur

Conjuguer un verbe :










Maladies de la vésicule biliaire

La vésicule biliaire, située sous la face inférieure du lobe droit du foie, emmagasine la bile produite en permanence par le foie, jusqu’à ce qu’elle se répande dans le duodénum 4 à 7 heures après un repas, c'est-à-dire dans les intervalles des digestions. Arrivé là, ce liquide vert-jaune, excessivement amer, sécrété par les lobules hépatiques, a pour fonction de diluer la graisse pendant le processus de la digestion. La bile contient deux colorants qui teintent les selles : la bilirubine (brun), pigment fondamental, et la biliverdine (vert), oxydation du premier. En dehors des cas d’inflammation et de cancer, la maladie de la pierre, ou lithiase biliaire, et ses complications, est la maladie principale de la vésicule biliaire.

Calculs biliaires

L’origine des calculs biliaires est encore imparfaitement précisée. Ces calculs sont de nature, de couleur et de forme fort diverses, et leur quantité est variable. Pouvant être fort nombreux, allant de la grosseur d’un grain de sable à celle d’un œuf de poule, ils prennent corps presque exclusivement dans la vésicule biliaire. Ce sont des précipités des composants de la bile, petites pierres ou poudre granuleuse qui se solidifient avec des matières inertes telles que : mucosités, épithélium, coagulats, dépôts salins (concrétions biliaires).

Les calculs biliaires sont beaucoup plus fréquents chez les femmes que chez les hommes, et cela surtout après la trentaine. Les premiers symptômes se manifestent souvent après une grossesse. Quoique l’origine n’en soit pas encore connue, il parait que l’accumulation et l’épaississement de la bile qui en résulte, sont les responsables. L’adipose, la goutte et l’artériosclérose exposent d’avantage à l’éclosion de ce mal. Des calculs peuvent être présents dans le foie ou dans la vésicule biliaire, sans troubles perceptibles. Mais ils peuvent aussi causer des perturbations de nature à mettre la vie en danger.

L’accès typique de la lithiase biliaire se produit lorsque les calculs, qui ne demeurent pas toujours à l’endroit où ils ont pris corps, sont entraînés dans les canaux par le flux biliaire. Lors de ce déplacement, il peut arriver que les calculs soient trop volumineux pour passer à travers les canaux biliaires. Ils obstruent alors ces canaux, c'est-à-dire le canal systique et le cholédoque, provoquant de vives coliques- les coliques de la pierre ou lithiasiques- qui sévissent surtout dans la région stomacale en irradiant vers le dos et l’épaule. Elles vont de pair avec des vomissements et des frissons. Les muscles lisses des canaux biliaires peuvent refouler le ou les calculs à travers l’ampoule de Vater vers le duodénum. De là, les calculs quittent le corps par les selles, ou retombent dans la vésicule biliaire. L’accès peut durer quelques heures, voire même quelques jours, suscitant immédiatement une légère jaunisse et des urines sombres.

Si le calcul demeure bloqué dans le canal cholédoque, une jaunisse permanente ou chronique s’installe. Si lors d’une nouvelle crise, le calcul n’a pas été poussé dans l’intestin et de là expulsé avec les selles, il ne reste plus au malade que le recours au chirurgien. Par ailleurs, si une jaunisse produite par une telle crise perdure au-delà de 3 à 6 semaines, il est fort probable que les composants de la bile s’insinueront dans le sang avec toutes les suites redoutables que cela comporte.

À chaque endroit où les calculs demeurent bloqués, la pression anormale peut provoquer une infection suivie de près d’une inflammation. La présence de calculs peut causer une inflammation de la vésicule (cholécystite), déclenchant de la purulence avec accumulation de pus (empyème) dans la vésicule. L’inflammation peut également atteindre le cholédoque, complication très pénible accompagnée de fièvre, de jaunisse et de frissons.

Le risque de perforation est grand, quoique cela présente rarement dans la vésicule. Si la perforation ne se fait pas vers l’extérieur, elle se fera dans l’intestin, l’estomac ou la cavité abdominale, ce qui, la plupart du temps, provoquera une péritonite très sérieuse. Des abcès peuvent également se former dans le foie et aux alentours et il n’est pas exclu que de gros calculs bloquent l’intestin, et de ce fait le rétrécissent et l’obstruent.

Il est une complication relativement grave, heureusement assez rare, atteignant surtout les femmes obèses : la pancréatite ou inflammation du pancréas. Cette complication est probablement la conséquence de la pénétration de la bile dans le canal d’évacuation du pancréas. Celui-ci est donc infecté par ses propres ferments. Cette complication rend fort malade, provoquant d’atroces douleurs irradiant dans les côtés. Lors d’une crise, aucune intervention chirurgicale ne peut être envisagée, et pendant de nombreux jours, aucune nourriture ne pourra être consommée par voie buccale, mais uniquement par passage direct dans le sang. Une opération de la maladie originelle de la vésicule biliaire ne sera praticable que lorsque la crise sera passée, permettant ainsi d’en prévenir toute recrudescence. En dehors d’un cas d’accès lithiasique courant, il est conseillé d’en faire traiter chirurgicalement toutes les complications. Si une crise lithiasique typique se produit régulièrement malgré le traitement habituel (diète pauvre en graisse, calmant, médicaments réducteurs de calculs), une opération finira par s’imposer d’urgence, comportant l’ablation de la vésicule biliaire.

Lorsque le médecin a diagnostiqué la présence de calculs biliaires, faites confirmer par une radioscopie de la vésicule ou par un sondage de duodénum.

Un examen radioscopique (après absorption d’un réactif) permet de faire apparaître la vésicule biliaire et de rendre les calculs nettement apparents. On peut ainsi constater le non-fonctionnement de la vésicule.

Le sondage du duodénum consiste à essayer d’y prélever de la bile. Si la vésicule fonctionne normalement, on obtient d’abord de la bile A claire, provenant directement du foie. Après, on injecte par la sonde du sulfate de magnésium, ce qui a pour effet de contracter fortement la vésicule, libérant ainsi de la bile B, bile vésiculaire épaissie et sombre. Lorsque le sulfate de magnésium a perdu son effet, un nouveau jet de bile apparaît, venant directement du foie, la bile C, naturellement claire. Si des calculs sont présents dans la vésicule biliaire, on peut être sûr que sa fonction est perturbée en permanence et que la bile B sera de plus en plus rare. D’autre part, ce sondage permet également de déceler les composants anormaux de la bile.