Affenpinscher

(Redirigé depuis Tout sur l'affenpinscher)

Une allure étonnante, d'ailleurs, en Allemagne, on l'appelle le griffon-singe ! Sa barbiche et ses favoris lui donnent une allure de vieux sage, et son poil hirsute rappelle sa nature rustique. L'affenpinscher, originaire d'Allemagne, a un physique bizarre, attirant ou pas selon les goûts.

Caractéristiques spécifiques de la race

- Face simiesque - Crinière de lion - Corps tonique - Queue coupée court - Barbiche - Poil serré et hérissé - Couleur noire - Taille : de 25 à 30 cm - Poids : environ 5;kg - Durée moyenne de vie : 10 ans

Tête : plutôt sphérique, pas trop lourde, fortement bombée vers le haut, avec un front prononcé.

Yeux : ronds et pleins, toujours de couleur foncée. Ils sont encadrés par une couronne de poils raides.

Oreilles : taillées, attachées en hauteur, coupées symétriquement, et dressées. Si elles sont entières, les oreilles sont attachées haut, en forme de V renversé, et faisant un pli.

Gueule : le museau est modérément court. La truffe et les lèvres sont noires. La denture très blanche présente un prognathisme inférieur avec maintien d'un bon contact entre les incisives.

Cou : court et non arqué. La peau de la gorge ne fait pas de plis.

Corps : le thorax est peu comprimé latéralement, et descend jusqu'à la hauteur du coude. L'épaule et le bras contribuent à délimiter un poitrail bien développé. Le dos est court, en légère pente descendante. La croupe est légèrement arrondie.

Membres : les muscles des membres sont plats mais robustes. Vus de face, comme de profil, les antérieurs ressemblent à des piliers bien droits. Les postérieurs sont modérément angulés.

Pieds : courts, ronds avec des doigts bien serrés, arqués vers le haut, des ongles foncés et des soles fermes et dures.

Queue : raccourcie à environ trois vertèbres, attachée en hauteur.

Poil : sur le corps, il doit être rude et bien fourni. Sur la tête, il forme une parure caractéristique, avec les piquants des sourcils broussailleux, l'encadrement en couronne des yeux, la barbe imposante, le toupet et les favoris.

Couleur : l'unicolore noir pur est de mise. Cependant, on accepte les nuances brunes ou grises.

Un ancêtre... géant !

Au XVème siècle, un individu très proche de l'affenpinscher actuel vivait dans la région de Munich. Simplement, le « sosie » était de bien plus grande taille. Cet animal, alors très localisé, va évoluer jusqu'au XIXème siècle, par le biais de croisements successifs. A la fin de ce siècle, plusieurs races sont créées. En fait, dès 1895, le Pinscher Klub allemand met de l'ordre dans les différentes variétés de pinschers et de schnauzers. L'affenpinscher est l'une des catégories concernées, et celui que l'on nomme le griffon-singe (« affe » signifie singe fait son entrée sur la scène de la cynophilie.

Débuts difficiles

Avant 1920, quasiment toutes les couleurs étaient admises pour sa robe. Les élevages allemands vont désormais unir leurs efforts pour obtenir un manteau d'un noir uniforme. L'affenpinscher éveille maintenant un certain intérêt... En mars 1936, la race passe le Rhin pour être introduite en France. Une certaine Madame Coban importe les premiers chiens dans l'Hexagone. C'est un échec ! Malgré un champion français, l'affenpinscher retombe dans l'oubli, on le traite d'« affreux »... A la fin des années cinquante, Monsieur Robin se procure deux couples venant d'Autriche ; en 1962, Monsieur Spenger-Gruner constitue son propre élevage... Cependant, aucun ne résiste !

Une place modeste

En 1957, les premiers standards sont quand même mis au point. La seule couleur admise est le noir, éventuellement avec des marques aux tonalités brunes ou grises. La race commence enfin à s'installer, mais de façon encore très théorique. Concrètement, les spécimens sont toujours rarissimes en France et peu répandus en Allemagne. C'est en 1975 que l'élevage français de l'affenpinscher débute. Quelques éleveurs se penchent sur son cas de façon suivie. Aujourd'hui, on compte environ une vingtaine d'individus en France. En Allemagne, et aussi en Belgique où la race est représentée, le nombre reste très modeste. L'affenpinscher s'est vu éclipsé par ses pairs, le schnauzer et le griffon bruxellois. Pourtant, ce chien mérite mieux : pas beau, certes, mais au moins original et tellement sympa !

Caractère

Un physique difficile, enfin selon certains- mais un amour dévastateur pour son maître ! Ce clown mal coiffé a un tempérament éveillé, gai, remuant et... jaloux. L'affenpinscher est un petit drôle très attachant mais qui sait parfaitement ce qu'il veut. Bien que peu encombrant et léger comme une plume, il peut se révéler envahissant et il a de la voix ! L'affenpinscher est un animal de compagnie de grand talent, mais c'est également un chien qui peut se révéler utile... comme sonnette d'alarme Faites sa connaissance ! Vous ne serez-pas déçu.

Ses qualités

- Amusant - Fidèle et dévoué - Démonstratif - Intelligent - Énergique - Courageux - Volontaire - Bon avertisseur

Ses défauts

- Très exclusif vis-à-vis de ses maîtres - Aboyeur, parfois très bruyant

Un esprit vif

Il a le don de vous attendrir et de vous faire rire. Ses mines et ses attitudes sont variées et très expressives. Avoir un compagnon comme lui garantit contre l'ennui ! Son intelligence est particulièrement fine. Il apprend vite les tours ou les nouvelles habitudes. Plus il est entouré et aimé, plus i se sent en sécurité et développe ses capacités. Aussi, il faut beaucoup communiquer avec lui et lui enseigner des mots simples qui feront toujours référence aux mêmes activités. Votre chien deviendra rapidement le roi de la maison !

Attention, c'est aussi un petit rusé qui utilise sa vivacité d'esprit pour obtenir ce qu'il veut. Ce filou se transforme aisément en mendiant à l'œil triste pour quémander de la nourriture... Ne vous laissez pas prendre à son jeu ! Près de ses maîtres, il est heureux : il a un besoin constant de les sentir proches. C'est un copain fidèle et dévoué qui réclame sans cesse marques d'attention. Il est l'ami de tous les instants.

L'abc du maître parfait

Acquérir un affenpinscher implique d'emblée une grande disponibilité de temps ou, tout au moins, la possibilité de l'emmener partout avec soi. Il aime se déplacer, pourvu que ce soit en compagnie de son maître ; et même s'il doit le suivre dans des périples sans fin pour son travail, il sera satisfait. Il faudra être prodigue en marques d'affection, caresses, mots gentils...

lia tendance à être très démonstratif : des fêtes vous accueilleront au réveil, ainsi que des jappements à n'en plus finir. Montrez-lui que cela vous touche, mais qu'il n'a pas besoin d'en faire un peu trop ! Et ne cédez pas à ses caprices, soyez ferme.

Si vous devez adopter d'autres pensionnaires, mieux vaut que ceux-ci arrivent à la maison avant votre affenpinscher. Ainsi, votre nouvel ami sera moins jaloux.

L'énergie vitale qu'il déploie n'est pas un problème, même en appartement. Néanmoins, il faudra lui octroyer une place bien à lui, où il pourra se nicher la nuit et au cours de la journée, dans ses (brefs !) moments de repos. Ce coin devra lui permettre d'avoir vue sur les allées et venues de ses proches. Il ne veut jamais complètement perdre le contact...

Afin d'éviter les malentendus avec les voisins, il est bon d'apprendre très vite à votre jeune chien qu'aboyer sans cesse est très mal élevé.

A faire

- Lui enseigner les bonnes manières. - Miser sur son intelligence. - Être très ferme, il ne doit pas devenir tyrannique. - Lui donner beaucoup d'affection.

A ne pas faire

- Vous laisser mener par le bout du nez. - Lui donner trop de libertés. - Lui manifester de l'indifférence. - Le laisser seul des journées entières. - Ne pas réagir à ses incitations au jeu.

Exigeant !

Mais ce charmant amuseur est totalement exclusif à l'égard de ses maîtres. Il veille sur eux jalousement, et n'admet pas d'incartades affectives de leur part. L'affenpinscher veut rester le centre d'intérêt de la maisonnée ! C'est pourquoi il sera difficile de lui imposer la compagnie d'autres animaux familiers. La cohabitation, sans être impossible, serait délicate à gérer, ce petit monsieur a trop de caractère.

Une âme de conquérant

Ce mini gabarit n'a pas froid aux yeux et sa taille ne freine pas ses ardeurs d'avertisseur. Bien que peu dissuasif physiquement, il refuse toute intrusion dans son domaine et se manifeste de façon hyper bruyante. Dès que la sonnerie de la porte retentit il se précipite, dans des aboiements furieux. Sans peur et sans reproche, l'affenpinscher a une âme de conquérant et le fait savoir. Il ne permet à personne de venir troubler sa paix quotidienne ! Déterminé et courageux, il en fait hésiter plus d'un car il ne s'en laisse pas compter. Sans être hargneux de nature, il sait faire respecter ses... quatre volontés.

Avec les bambins

Étant donné la nature un peu égocentrique de ce compagnon par ailleurs si attachant, les enfants ne sont pas toujours les bienvenus sur son territoire. Il est très jaloux et n'aime pas qu'on l'embête. Mais quand il s'agit de jouer, il est toujours d'accord.

Un joueur passioné

L'affenpinscher est capable de s'amuser sans relâche pendant de longs moments. De la balle aux souris mécaniques, en passant par les bâtons qu'il ne veut pas lâcher, il s'en donne à cœur joie et il est toujours partant !

Au quotidien

Un croqueur de souris, de taupes et de mulots vraiment très efficace. On pense qu'il n'est jamais coiffé, pourtant c'est un client du toiletteur ! Ce comique volontaire et échevelé n'est pas compliqué au quotidien. Il se prête aisément aux rites d'entretien, se nourrit sans rechigner sur les marques de croquettes et se montre - le plus souvent - de très bonne humeur.

A savoir

- En ville, il faut le sortir quatre fois par jour

- Creuse le jardin

- Chasse la vermine

- Parfois « soupe au lait »

- Entretien régulier

- Lavages espacés

- Alimentation facile à gérer

- Coût d'entretien modéré

Un ancien chasseur

Autrefois; l'affenpinscher était utilisé comme chien de chasse pour le petit gibier. Il parcourait les sentiers et les bois, cherchant la trace de sa proie qu'il rapportait finalement en vainqueur. Rapide et futé, il était très efficace dans son travail. De cette époque, il a gardé un atavisme sûr lié à la chasse, et une sacrée ténacité caractéristique de ses origines rustiques.

Vrai/Faux

L'affenpinscher a besoin de lavages fréquents Faux. Son poil dru nécessite des brossages énergiques, mais les bains avec shampooing doivent rester occasionnels.

Une construction morphologique légère est inacceptable Vrai. Le spécimen serait alors voué à une fragilité certaine : fractures potentielles, résistance moindre...

Il a les coussinets délicats Faux. Il faut simplement vérifier ses pattes après chaque promenade dans la campagne, afin de s'assurer de l'absence d'épines ou de coupures.

Une variété d'affenpinscher a le poil court et mou Faux. C'est au contraire un défaut grave.

Le griffon bruxellois est son cousin le plus proche Vrai. Mais il y a aussi le griffon belge et le petit brabançon.

Son espace vital

Un chien qui tient si peu de place peut s'adapter sans problèmes à la vie citadine. Le trois-pièces familial lui convient tout à fait pourvu qu'il n'y reste jamais seul longtemps. Il peu^aisément supporter la solitude quelques heures, mais au-delà, il s'angoisse. Si vous habitez une maison avec jardin, il n'en sera que plus heureux. L'animation du quartier le tient en alerte ; les chats qu'il aperçoit dans les autres propriétés captivent son attention ; les taupes et les mulots le rendent fou, bref il y a mille choses intéressantes à faire dans un jardin. Y compris des dégâts !

Son alimentation

L'affenpinscher a bon appétit, mais reste un petit chien, avec un petit estomac. Ne le gavez pas ! Son budget alimentaire est modéré, d'autant qu'il n'est pas difficile sur la qualité de ce que vous lui servez. Si vous choisissez de lui préparer des repas maison, il lui faut 70 g de viande rouge par jour, de préférence du bœuf, dans une ration totale de 170 g environ. Les 100 g restant se partagent entre légumes verts et céréales. Si vous décidez de lui donner des aliments secs, un peu plus de 100 g pour la journée devraient suffire. Bien sûr, ces chiffres sont à moduler, en fonction du poids et de la taille de votre chien, et aussi de son activité quotidienne.

Sa santé

Sans problème particulier, l'affenpinscher montre une robustesse peu commune pour un mini chien. Il a du tonus à revendre. Comme ce n'est pas un toutou délicat, inutile de lui faire porter un manteau l'hiver : votre compagnon n'est pas fragile des bronches ! S'il y a un domaine où il faut être vigilant, c'est celui des yeux : les poils relativement longs qui couvrent la face du griffon-singe peuvent être source de larmoiements s'ils sont en contact fréquent avec l'œil.

Son entretien

Sa robe, bien qu'hirsute, demande un brossage très régulier. Celui-ci doit être effectué environ trois fois par semaine avec une brosse ou une étrille. Cette fourrure hérissée et épaisse qui caractérise l'affenpinscher l'assure d'être protégé des intempéries. Quel que soit le temps, il est prêt à affronter les rigueurs climatiques grâce à son pelage. Pour rester dur et crissant, le poil doit être épilé par un professionnel environ deux fois par an. Cela lui conservera sa belle allure échevelée.

L'aventure au quotidien!

Les promenades avec votre affenpinscher ont un air d'aventure. Dans la rue, c'est un piéton affairé : curieux et décidé, il va d'un pas assuré à la recherche d'odeurs qui aient un intérêt pour lui. Très actif, il aime la promenade pour les découvertes possibles qu'elle lui apporte. L'affenpinscher a un tempérament d'aventurier, certes, mais il ne s'éloigne pas de ses maîtres ! Il garde toujours un œil sur eux. Ainsi, vous pouvez le lâcher sans crainte, il reviendra !

Voir aussi